A son lancement en 2011 au Royaume-Uni, le programme d’incentive au chauffage responsable (plus connu sous le terme de RHI) a été le premier de cette catégorie au monde.

Bien qu’il fut sujet à de nombreuses critiques au cours des années, le RHI a, sans aucun doute, contribué à l’explosion de l’industrie du chauffage responsable dans le Royaume uni, attirant l’attention sur de nouvelles formes de technologies de chauffage à faible émissions de carbone, depuis les pompes à chaleur jusqu’à la chaudière à biomasse.

Le gouvernement britannique est convaincu que cela a été à l’origine du chauffage à faible émission de carbone, en assistant une large gamme de consommateurs à la transition depuis le chauffage conventionnel, ceci grâce aux deux programmes : Domestique et Non-Domestique, attirant les propriétaires, les bâtiments commerciaux et les offices publics, y compris les œuvres caritatives.

‘Le RHI est conçu pour aider aux couts d’installation de technologies renouvelables par rapport aux systèmes de chauffage conventionnels tels que les chaudières à gaz.’

Le cœur du programme est un paiement par kWh de chauffage renouvelable utilisé (le “tarif”, avec un tarif variant de technologie à technologie, selon l’émission carbone.

Pour bénéficier du RHI Domestique, les foyers doivent installer une technologie adaptée, chaudières à biomasse, source d’air et pompes à chaleurs ou systèmes thermiques solaires, pour chauffeur leur domicile. Ils peuvent alors postuler pour une aide financière pour aider à couvrir les coûts de leurs systèmes. Les technologies doivent être installées par un ouvrier qualifié, certifié par le Programme de Certification de Microgénération (MCS) afin de se conformer aux normes et que l’installation soit faite correctement.

Pour le RHI non domestique, les installations plus grandes permettent la spécification d'une gamme plus large de technologies renouvelables. Celles-ci comprennent actuellement : les chaudières à biomasse et à biogaz; les pompes à chaleur; les systèmes solaires thermiques et géothermiques et les systèmes de cogénération (chaleur et puissance électrique combinée) utilisant des combustibles renouvelables ou des sources.

Pour chaque système, les tarifs sont payés selon la chaleur consommée, mesurée communément par un XXX, ou pour les propriétés résidentielles sur las base du certificat de performance énergétique du foyer. Le programme domestique paye les propriétaires pendant 7 ans contre 20 pour le non-domestique, en cohérence avec les installations plus importantes.

‘En Novembre2016, le gouvernement a annoncé une révision des programmes pour se mettre à jour par rapport au développement continu des diverses technologies.

‘La nouvelle version du programme a vu une augmentation des primes pour les pompes à chaleur à source d’air, 25 % de paiements supplémentaires, ceci en reconnaissance de l’importance que cette solution va prendre dans la décarbonisation du chauffage à long terme, en particulier là où les foyers ne sont pas connectés au réseau de gaz. L'augmentation des tarifs est clairement destinée à stimuler la prise en charge de la technologie à source d'air.’

Le programme reconnait également l’importance de disposer d’une pompe à air à source d’air fonctionnant au maximum de son efficacité. Il est maintenant nécessaire pour les installations domestiques d'avoir un compteur intelligent adapté à l'usage des propriétaires.

Le nouveau programme Domestique connait une forte hausse des paiements pour les chaudières à biomasse et une stagnation des paiements pour les systèmes thermiques solaires qui peuvent être installés par soi-même ou en combinaison avec d’autres énergies renouvelables comme les pompes solaires.

Il y a débat sur la question de savoir si les paiements RHI influent vraiment sur les décisions, certains considèrent que les remboursements pour les énergies renouvelables sont encore trop longs, même en y incluant les paiements RHI et que le seul moyen de changer vraiment les comportements est une législation requérant un chauffage à faible émission de carbone.

'Il est clair que le RHI a permis un développement nécessaire de technologies relativement récentes et que l’usage de pompes à chaleur et de chaudières à biomasse sont en voie de faire partie intégrante du mouvement britannique vers un chauffage décarboné.'