Les unités de toitures

Une unité de climatisation en toiture permet de refroidir un bâtiment en prélevant la chaleur de l’air. Tout comme le climatiseur domestique, il peut être réversible et donc subvenir au besoin de chauffage du bâtiment. Contrairement aux climatiseurs, l’unité de toiture est en une seule partie (monobloc) et est installée sur le toit d’un bâtiment.

Le principe de fonctionnement 

Une unité de toiture peut être décrite comme un climatiseur pouvant utiliser:

  • de l'air extérieur (frais) ou un mélange d'air extérieur / air d'échappement
  • de l'air recyclé (air intérieur) ou un mélange d'air recyclé / air extérieur

Une unité de toiture est composée de 2 parties :

  1. Un premier compartiment pour le traitement de l'air et son renouvellement. Il est similaire à une centrale de traitement d'air permettant de mélanger air extérieur (frais) / air recyclé.
  2. Un deuxième compartiment comprenant la fonction climatisation (et mode chauffage par inversion du cycle thermodynamique) composé d’un réfrigérant, d’un évaporateur, d’un ou plusieurs compresseurs, d’un détenteur et d’un condenseur.

Un chauffage d'appoint supplémentaire électrique ou un brûleur à gaz peut également être intégré à l’unité de toiture.
La ventilation de l’air se fait avec ou sans air extérieur. Le rapport de l'air frais / air recyclé est contrôlé par une boîte de mélange : ce rapport peut varier selon l'occupation du bâtiment.

L’unité de toiture possède également une fonction "free-cooling", qui lorsque les conditions le permettent, utilise l'air frais extérieur  (par exemple durant la nuit) pour répondre à la demande de rafraîchissement du local. Le cycle thermodynamique ne fonctionne pas pendant le mode freecooling.

Ainsi, l’unité de toiture peut fonctionner à 100% d’air frais comme à 100% d’air recyclé, en fonction du besoin du bâtiment et de la saison.

Les différentes technologies certifiées

Les unités de toiture peuvent être en mode « froid seul » ou « réversibles ». Le terme « Réversible » signifie que le climatiseur peut produire du chaud (mode chauffage) et du froid (mode rafraichissement).

Les unités de toiture puisent / rejettent leurs calories dans l’air, mais certains modèles peuvent aussi être installés sur une boucle d’eau.

Les bénéfices d’une unité de toiture

Une unité de toiture permet de climatiser, de chauffer et de ventiler de très grandes surfaces. Il est donc particulièrement bien adapté aux grands volumes  à usage industriel ou commercial tels les entrepôts, magasins ou grandes surfaces. La surface au sol n’est jamais encombrée puisque l’installation sur fait sur toiture.

Lorsque la fonction « free-cooling » est activée, le système est véritablement économe en énergie étant donné que le compresseur n’est pas opérant.

Comparer pour faire le bon choix

Pour faire le bon choix, rien de plus simple, il suffit de comparer les produits. Mais lorsque les performances des produits ne sont pas certifiées, cela devient impossible.

La certification permet de comparer en toute objectivité.

  • Les performances des produits sont évaluées selon les mêmes critères, et les résultats sont exprimés dans une même unité de mesure, quel que soit le pays où les produits sont fabriqués ou commercialisés.
  • Un produit certifié a des performances vérifiées par un organisme accrédité impartial, indépendant et compétent.
  • Les produits certifiés sont conformes aux normes.
  • Un produit dont les performances sont certifiées fonctionnera conformément aux spécifications annoncées par le fabricant.

Les performances que nous certifions

Suite à de nouvelles réglementations européennes favorisant la vente d’équipements de climatisation et de chauffage performants, les performances des unités de toiture sont en pleine évolution : leur efficacité longtemps caractérisée par une efficacité instantanée appelée COP (coefficient de performance) ou EER (coefficient d'efficacité frigorifique), se caractérisera à partir du 1er Juin 2018  par une performance qui reflète l’efficacité de l’unité de toiture tout au long de l’année.

On parlera alors de :

  • SEER (coefficient d'efficacité frigorifique saisonnier) ou ηsc pour le mode rafraichissement
  • SCOP (coefficient de performances saisonnier) ou ηsh pour le mode chauffage.
  • Capacité de refroidissement
  • Capacité de chauffage
  • EER
  • COP
  • Niveau de puissance acoustique

A partir du 1er juin 2018 :

  • Efficacité énergétique saisonnière en mode chaud (SCOP, ηsh)
  • Efficacité énergétique saisonnière en mode froid  (SEER, ηsc)
Des questions ? Besoin d'information?