En Italie, une réforme sur le prix de l’électricité est en cours : c’est une excellente nouvelle pour les systèmes de pompe à chaleur, car elles seront désormais plus faciles à installer et à utiliser.

En Italie, la réforme sur les prix de l'électricité est entrée dans la phase 2 le 1er janvier 2017 : l’objectif est d’éliminer la différenciation de prix en fonction des fourchettes de consommation, afin de garantir des tarifs plus équitables pour stimuler l'investissement dans des systèmes énergétiques plus efficaces et plus durables. Cette réforme a été présentée par le Ministère de l’Énergie, comme prévu par le Parlement et le gouvernement (D.Lgs. N. 102/14) afin d’adopter la directive européenne 2012/27/EU sur l’efficacité énergétique.

Avec cette nouvelle réforme, la structure de tarif progressif a été abandonnée. Le nouveau système de tarifs, TD, est le même pour tous les particuliers et ne varie qu’en fonction de la capacité de raccordement et des kWh consommés par réseau. Il a été mis en application le 1er janvier 2017.

De fait, les tarifs que nous connaissions n’existent plus. Ceux qui s’appliquent désormais sont soit D2 pour les résidents jusqu'à 3 kW, D3 pour les non-résidents et les résidents de plus de 3 kW et le tarif expérimental D1 pour les pompes à chaleur.

La différenciation entre les résidents et les non-résidents est encore présente pour les composants du tarif liés aux charges du système général.

Une grille de tarifs égaux pour tous les particuliers sera définie pour tous les services du réseau. Elle comprendra les coûts pour le calcul, l’échange et la distribution à un taux fixe par client (€/an) et sur la base de la capacité (€/kW/an) et les coûts de transmission (cents€/kWh).

Réforme des charges électriques : en Italie, les charges énergétiques ont changé

La réforme sur les prix de l’électricité ainsi que l’introduction des nouveaux tarifs TD apportent de nouveaux avantages à ceux qui souhaiteraient installer des équipements à basse consommation énergétique, tels que les pompes à chaleur, en encourageant l’introduction d’énergies renouvelables (comme le photovoltaïque) et de systèmes de stockage.

L’objectif de la réforme est de récompenser les technologies à haute efficacité énergétique, c’est à dire celles qui encouragent la transition vers une énergie électrique. Avec les pompes à chaleur, il est possible de ne plus consommer de gaz, grâce à un système de consommation électrique efficace, mais cela implique un tarif compétitif de l'électricité.

Dès 2014 - précisément pour encourager l'installation et pour soutenir ceux qui avaient déjà amorcé cette transition vers des sources d’énergie électrique - le tarif D1, qui prévoyait que le coût de chaque kWh consommé serait constant et ne dépendrait pas des kWh consommés, a été introduit.

Depuis le 1er janvier 2017, ceux qui rejoignent le tarif expérimental D1 sont passés au nouveau tarif TD non progressif qui, à partir de 2018, sera le même pour tous, tandis que ceux qui n'ont pas rejoint le tarif expérimental entreront dans la phase 2 de la réforme et ne bénéficieront que de la réduction des charges du système général.

La capacité de raccordement des compteurs
La réforme des prix de l’électricité prévoit un élément nouveau quant à la capacité de raccordement électrique. D’ordinaire, l’installation d’une pompe à chaleur implique une augmentation de la capacité de raccordement.

Avant la réforme des prix de l'électricité, les fourchettes de capacité étaient fixes (1.5 kW, 3 kW, 4.5 kW et 6 kW), alors qu’aujourd'hui davantage de niveaux de capacité sont disponibles, de sorte qu'il est possible de choisir le plus approprié.

La classification commence toujours à 1.5 kW mais continue avec 0.5 kW de plus pour les groupes particuliers (2.5 kW, 3.5 kW, 4 kW, etc.), alors que dans les cas de valeurs supérieures à 6 kW (pour les consommations activées en phase 3), ce surplus sera de 1 kW.